C’est à l’occasion du Festival International du Film de Venise que Jaeger-LeCoultre présente pour la première fois au grand public ses deux nouveaux modèles de la collection Joaillerie 101 en or rose.

Pour les femmes en effet, le nom Joaillerie 101 évoque toute une histoire. L’histoire, sans cesse renouvelée, de l’alliance rare entre expertise horlogère et perfection joaillière. L’histoire, unique, du plus petit mouvement mécanique au monde, initié pour la première fois en 1929, entièrement manufacturé et composé sous les toits de la Grande Maison, dans la Vallée de Joux.



Incarnant à la perfection la rencontre de la Haute Horlogerie et de la Haute Joaillerie, ces deux modèles inédits révèlent sous leurs diamants un savoir-faire ancestral, dédié au mystère de l’infiniment petit. Aujourd’hui en or rose, Joaillerie 101 Reine et Joaillerie 101 Feuille offrent aux femmes du monde, héroïnes du jour et de la nuit, l’un de leur plus beau rôle.

Un mouvement miniature au coeur de deux montres-joyaux

Depuis 1929, le Calibre Jaeger-LeCoultre 101 fait figure d’exception dans la maîtrise de la miniaturisation absolue. À l’époque, les montres de poche cèdent la place aux montres bracelets, particulièrement appréciées par les femmes rêvant de porter à leur poignet un bijou conciliant la précision de la fonction mécanique au raffinement esthétique. Inspiré du célèbre mouvement Duoplan, dont la principale caractéristique est de se décomposer en deux plans superposés à l’horizontale, celui qui demeure aujourd’hui le plus petit mouvement mécanique au monde s’affirme comme le fruit de près d’un siècle d’expertise horlogère.

Ceint dans un volume de 0,2 cm3, mesurant 14 mm x 4,8 mm pour 3,4 mm d’épaisseur, chaque Calibre Jaeger-LeCoultre 101 est unique. Chacun de ses composants est en effet fabriqué et ajusté sur-mesure. Pur chef d’oeuvre de micromécanique pesant à peine un gramme, il renferme 98 composants assemblés à la main par quelques horlogers, rares à maîtriser l’assemblage minutieux de ce concentré de précision. Rappelons que son balancier oscille à 21’600 alternances par heure, un véritable défi en termes de précision.

De la mécanique la plus complexe à la pureté joaillière

Afin de refléter l’univers glamour propre à la Mostra de Venise, Joaillerie 101 Reine et Joaillerie 101 Feuille se parent de 110 diamants pavés, blottis côte à côte et disposés un à un à la main dans les ateliers de la Manufacture. Sur le cadran d’opaline argentée, deux aiguilles dauphine d’une belle discrétion conjuguent l’éternel féminin.

Sensuel, ultra-féminin, intemporel, ce métal précieux endosse à la perfection le nouveau rôle qui lui est accordé. Si Joaillerie 101 Reine affiche d’emblée sa fonction, Joaillerie 101 Feuille se montre plus secrète, volontairement mystérieuse. Imitant la délicatesse d’une feuille, son couvercle en forme de coiffe se lève et se referme à l’envi, pour laisser la parole, ou non, au temps qui passe. Sous le bombé de ses lignes végétales, habillées de diamants brillant et baguette, se dérobe au regard ou se révèle au grand jour le cadran de la montre.